• Clara BL

T'es en couple ou t'es une pute

Dernière mise à jour : oct. 12

J’aimerais bien dire que je suis plus évoluée que ça et que ces idées n’ont plus d’emprise sur mon cerveau féministe et éduqué… Truth is, apparemment si. Je vous dis pas la tête que je tire en écrivant ça !

Le dating, c’est pas un truc évident évident, je dois le dire, et pour beaucoup de raisons que je ne vais pas détailler ici — après tout on a pas toute la journée —. Mais, il y a clairement un truc qui me rend le processus encore moins évident. C’est l’impression qu’il n’y a que deux possibilités entre : je suis en couple et je suis une pute.

Pour moi, se (re) trouver, c’est aussi explorer les croyances qui habitent en nous, et décider si on les garde ou pas. Alors, explorons ensemble. Voici ce que j’ai compris des messages sociétaux, on a tous compris la même chose ? Soit : — tu dates quelqu’un, ielle te plaît, tu es en couple*. Si ielle ne te plaît pas, tu passes à autre chose et tu continues jusqu’à trouver quelqu’un qui te plaît. Si tu es en couple, tout va bien, tu as coché les cases, tu es safe, have fun — ou pas —. *Que ce soit explicite ou implicite avec tout ce que ça comporte de règles de fonctionnement que tu imposes, mais dont tu n’as jamais réfléchi si elles t’allaient non plus, parce que c’est toi qui veux être en couple après tout — bah oui parce que sinon t’es une pute, le choix est vite fait — . Soit : — Tu dates quelqu’un, ielle te plait, tu continues à voir cette personne parce que c’est cool, tu aimes bien passer du temps ensemble. Et peut-être que tu continues à date une/des autre. s personne. s. Si par malheur le temps que vous passez ensemble contient ne serait-ce que l’ombre d’une sexualité. Tu es une pute. Si tu es une pute… Comment te dire ? Tu ne mérites pas qu’on respecte tes envies ou tes besoins. Tu es relégué au rang d’objet. Encore plus quand tu as le toupet d’avoir une sexualité POUR TOI.

Ah, non, j’ai oublié si tu n’es ni en couple, ni une pute… tu peux être autre chose aussi, ennuyeuse. Ça fait trois choix, au temps pour moi. Une femme n’a d’intérêt que parce qu’elle à une chatte, on est d’accord, non ? C’est vrai, c’est ennuyeux d’être juste amis avec une meuf. Bref, comme je date, la possibilité de me fourrer le bichon m’évite la case ennuyeuse. Passons.

Je me retrouve donc dans une situation un peu délicate, parce que comme beaucoup d’êtres humains, j’ai besoin d’apprendre à me connaître en relation aux autres et c’est à travers les expériences que je sais ce que je veux. C’est un peu chiant parce que ce que je veux c’est ni être en couple, ni être une pute, ni être ennuyeuse. Et ça demande de l’énergie de trouver ce qui me convient, de gérer mes traumas et de me défaire de ces idées de merde que j’ai intégrées depuis la maternelle.

Donc, je date quelqu’un qui me plaît avec qui j’aime bien passer du temps. Et pour le moment, l’idée d’être en couple… euh… dis donc, j’arrive plus à respirer, c’est normal ? — l’article sur comment ne pas mourir dans une relation me semble toujours très à l’ordre du jour – .

Dans mon exploration et mes questionnements, comme si c’était pas assez compliqué d’apprendre à se connaître avec tous les défis que ça comporte j’essaie à tout prix :

  • De ne pas être une pute parce que ça veut dire qu’on va me traiter… mal.

  • De ne pas non plus avoir l’air d’une meuf jalouse hystérique avec les questions que je pose simplement par curiosité pour la personne en face de moi, parce que si j’ai l’air d’avoir envie d’être en couple ou d’avoir des besoins, je risque de faire fuir le mec qui forcément ne veut pas se mettre en couple. Le couple, c’est bien connu, c’est un truc de meuf.

  • De ne pas non plus être ennuyeuse parce que je vais finir seule esseulée et solitaire.

C’est un équilibre délicat je ne vous le cache pas. Moi, où j’en suis et ce que je veux, se trouve parfois un peu éclipsé par ces questions tout à fait fraîches et utiles à mon bien-être — n’est-ce pas — . J’ai parfois un peu de mal à suivre mes envies, ou même à les reconnaître au milieu de tout ce que je crois devoir dire, faire ou pas pour n’être ni une pute, ni une meuf relou.

J’ai envie d’autre chose. Et autre chose, ça se définit pour chaque personne et pour chaque relation. Ça demande de l’énergie, et franchement, j’ai pas toujours l’énergie. Alors parfois, je fais ce que je crois devoir dire ou faire pour ne pas avoir l’air ceci ou cela, même si c’est pas forcément le mieux pour moi. C’est décevant, mais ça arrive parce que toutes ces injonctions, elles ne se désapprennent pas en une journée, ni deux, ni en un ou deux ans.

Mais je sais que je ne suis pas une pute parce que j’ai une sexualité en dehors d’un couple. Et je mérite le respect de toutes les personnes avec qui je passe du temps, comme elles méritent le mien. Je ne suis pas en couple parce que je passe du temps avec quelqu’un et qu’on s’apprécie. Je ne suis pas ennuyeuse parce que je n’ai pas envie d’inclure la sexualité dans certaines de mes relations. J’ai le droit d’être à la recherche de ce qui est le mieux pour moi, comme c’est le mieux pour moi à cet instant. Comme on l’est tous.

Tout ça pour dire, tu peux être une femme sans être en couple ni une pute, ni ennuyeuse. Tu fais bien ce que tu veux, et si parfois tu te laisses avoir c’est cool aussi. Tu t’en fous de ce qu’une société toute cassée et des gens riquiqui de cœur et d’esprit s’imaginent de toi. Ce qui est important c’est ce que tu t’imagines de toi.

Ça me fait penser aux paroles de la chanson The Man de Taylor Swift : « They’d say I played the field before I found someone to commit to And that would be ok For me to do Every conquest I had made would make me more of a boss to you »

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout