• Clara BL

Oublie tes objectifs une minute!

Dernière mise à jour : oct. 18

On croit beaucoup, et j’ai longtemps cru que quand on a un objectif, il ne faut surtout pas le lâcher des yeux une seule seconde, le laisser sortir de nos pensées une minute, l’oublier un moment au risque de ne pas le voir se réaliser. Comme si en regardant très fort quelque chose, on lui donnait plus de réalité, et qu’au contraire, si on ne la regarde pas, elle allait disparaitre.

Imagine : ton objectif c’est un joli château sur une colline — c’est la version simple parce que des fois, ton objectif tu l’as caché dans une forêt et derrière des murs de peurs et des douves de douleurs. Et là, c’est encore un autre chemin — mais bref, version simple, ton objectif tu le vois et tu ne peux pas le rater. Je répète, TU NE PEUX PAS RATER ton objectif.

Tu en es quand même loin, donc il te reste de la route.

Premier scénario : tu gardes les yeux rivés sur ton objectif. Pas question de dévier, tu avances droit devant. On est d’accord qu’avec les yeux levés tu vois pas franchement où tu marches… La vie étant ce qu’elle est, il y a un trou sur ton chemin. S’il est grand tu tombes dedans, s’il est pas trop grand tu t’y tords la cheville. Mais tu as décidé de continuer coute que coute donc tu sors de ton trou tant bien que mal, épuisé.e et tu avances. Ou tu continues en boitant sur ta cheville douloureuse. NOT FUN.

Des trous et des obstacles, il va y en avoir d’autres sur ton chemin. Et chaque fois que tu choisiras de continuer comme ça en te concentrant uniquement sur ton objectif et sans prendre en compte sur l’état du chemin ni ton état à toi, tu te feras un peu plus mal. Tu te rapprocheras peut-être de ton objectif, mais je te garantis que SI tu y arrives tu ne seras pas dans un état pour en profiter.

Beaucoup d’entre nous vivons nos vies d’une façon qui ressemble un peu à ça et parfois avec des objectifs qui ne sont même pas les nôtres. Si ça se trouve t’en as rien à faire des châteaux et toi ton truc, c’est les chalets. Bref.

Second scénario : tu as bien vu où était ton château, et maintenant tu regardes la route devant toi, plus ou moins près de tes pieds en fonction de l’état du chemin. S’il est caillouteux, tu regardes à chaque pas où tu poses ton pied. Et peut-être que tu te fais un peu mal quand même. Ou peut-être que tu mets le pied dans un trou.

Dans ce cas-là, tu vas t’arrêter à un endroit adéquat et tu vas regarder ton pied et ta cheville. À partir de là, tu vas décider de continuer un peu différemment, de soutenir ta cheville d’une manière ou d’une autre ou de t’arrêter complètement pour un moment. Et puis, pendant que tu es là, tu peux jeter un coup d’œil à ton château sur la colline, voir où il est, s’il te fait toujours envie, et imaginer comment ce sera quand tu y seras. Parce que tu sais bien que peu importe le chemin, tu y seras un jour ou l’autre. Puis, tu reprends ton chemin.

Tu évites un trou, trouves de magnifiques fleurs que tu décides d’aller humer parce que ça te remplit de joie. Et comme ce n’est pas parce que tu ne regardes plus ton château qu’il n’est pas dans ta tête et ton cœur, tu lui jettes un œil. Tu as dévié de ton chemin, un peu sur la droite. Oups. Alors, tu continues, sans te flageller, ou t’inquiéter, simplement en prenant un peu plus sur la gauche pour la suite de ton chemin. Peut-être que ce petit détour t’aura coûté quelques heures ou quelques jours, mais tu continues ton chemin tellement nourri.e de ces fleurs et de leurs parfums, et tellement heureux.se d’avoir évité ce trou dans lequel tu serais tombé.e autrefois. La suite de ton chemin en est égayée. Et les obstacles suivants qui se présentent immanquablement, un peu moins ardus à affronter. Tu arriveras au château, plus tard peut-être que la version de toi qui va tout droit, mais qu’est-ce ce que tu seras bien quand tu y arriveras. Tu profiteras de chaque seconde. :) Tu passes avant tes objectifs, toujours.

Les objectifs quand ils nous sont vraiment chers ne se perdent pas. Même au milieu des ronces et des bouquets de fleurs, ils nous guident toujours et il n’y a pas besoin de les garder dans nos têtes en permanence. Ce n’est pas son rôle à notre pauvre tête. Ce qui est important pour nous est gardé par notre cœur. Et ce qui nous guide est différent pour chacun, des sensations, des envies, des intuitions, des signes de la vie, etc. La vie qui veut à travers nous utilise tout ce qui est à sa disposition pour nous guider et nous accompagner.

Laisse l’objectif de côté le temps que la vie et toi traciez le chemin pour y arriver. Il n’y a aucun doute que l’objectif sera atteint. S’il est le tien. Vraiment. Le comment se dessine à chaque moment.




0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout