• Clara BL

D'une Clara à une autre

Dernière mise à jour : 20 févr.

Un jour, j’ai entendu Glennon Doyle dire qu’elle se laissait des notes, de la Glennon qui va bien, à la Glennon qui ne va pas bien.

Quand on ne va pas bien, on peut oublier tout ce qu’on sait, tout ce qu’on trouve beau. On peut oublier qui on est, et ce dont on a besoin. Alors voilà un message de la Clara qui va bien à la Clara qui d’une manière ou d’une autre ne va pas bien. Et j’espère que ça peut aider d’autres humains qui se trouvent aller pas bien en ce moment. Tout passe, ce moment aussi. Love You.

Dors plus si tu as besoin de dormir plus, ne mets pas de réveil si tu n’en as pas besoin et arrête de te juger pour les horaires qui sont les tiennes, une heure n’est pas mieux qu’une autre. C'est un privilège pour lequel tu n'as pas besoin de te sentir coupable mais que tu peux reconnaître et apprécier, vraiment. Si tu as l'énergie d'un bulot (ou d'une moule #teammollusque) faire plus de choses pour être moins fatiguée n'es vraiment pas la bonne opération. Chill baby.

Ne suis pas une routine qui te compresse, si tu ressens l’envie ou le besoin de faire autre chose (aller te balader, aller chercher ce truc auquel tu penses depuis des jours, etc.), fais-le. Oui, c’est un peu dur de sortir de sa routine, mais ce qui te fait te sentir bien quand tu vas bien est peut-être différent de ce qui t’aide quand tu vas mal - fais ce qui te sécurise, mais surtout ne te force pas. Écoute-toi (oui, je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire quand on a l’impression de ne rien entendre de soi).

N’écoute pas des podcasts qui te stressent (oui, même we can do hard things). Parce que tout ce que tu entends dans ces moments, c’est ce que tu peux faire mieux pour être un meilleur humain. Tu as besoin d’être un humain qui va bien avant d’être un bon humain ou un meilleur humain. Et si tu écoutais de la musique plutôt ?

Respire par le ventre, pas tout le temps, juste une minute de temps en temps, tu es dans ta tête et c’est ok mais je sais que tu es anxieuse de ne plus avoir accès à ton corps dans ces moments-là. Peut-être que la respiration abdominale peut t’aider mieux que la méditation. Essaie et c’est ok si ça ne marche pas.

C’est ok d’être dans ta tête, tu es inquiète et tu essaies de faire ce qui est le mieux, c’est comme ça que tu as toujours fait et ça ne va pas changer du jour au lendemain.

Continue tes Artist’s date. En particulier si tu penses que tu n’as pas le temps ou que tu ne peux pas. C’est maintenant que tu en as le plus besoin. Et surtout fais ce qui te fait envie, c’est le seul endroit où tu fais ce que tu veux, qui n’a besoin de ne ressembler a rien et qui est sans conséquence sur le reste de ta vie, prend-le comme un moment à part. Utilise ces Artist’s date pour te souvenir de ce que tu veux ressentir, du plaisir, de la paix et de l’espace. D’ailleurs, tu es faite pour vivre en paix.

Tu es là pour continuer à te retrouver. Concentre-toi sur toi, si tu commences à gérer les autres, tu te perds.

Si tu crois devoir être différente de ce que tu es, tu te perds. Qu’est-ce que tu crois être qui n’est pas bien ? Qu’est ce que tu crois devoir être qui est mieux ? Laisse tomber et soit toi, s’accepter est un chemin et ça n’arrivera pas du jour au lendemain. Et en plus, tu es déjà un être humain super cool, et super drôle. C’est déjà ça.

Tu as toujours le temps, laisses tomber ce qui te fait te sentir dans l’urgence, ce n’est pas comme ça que tu veux te sentir. Si tu sens que ce n’est pas le moment, même si tu aimerais, même si tu ne sais pas quand le moment sera, même si tu as peur de perdre l’opportunité, la chose, la personne, tu as raison, ce n’est pas le moment. Fais ce que tu as besoin de faire, ce qui est pour toi sera là quand ce sera le moment, tu l’as déjà vu bien des fois, peu importe le timing.

Tu n’as pas toujours besoin de tout faire toi-même, laisse l’Univers (et les gens qui le compose) t’aider. Tu es responsable de toi et c’est tout. Reconnaître que tu as besoin d’aide et la demander est une preuve de courage et de confiance. Tu peux recevoir de l’aide, tu vas recevoir de l’aide. Parle à des gens de confiance, tu as la chance et l’honneur d’avoir des personnes dans ta vie avec qui tu peux partager ton anxiété, tes questions, tes déprimes, profites-en. Tu sais trop bien comme c’est précieux pour ne pas honorer ces relations.

Ton knowing sera toujours là quand tu auras fini de te reposer. Repose-toi d’abord.

Mange ce qui te fait plaisir, même si c’est pas la nourriture la plus saine du monde. Tu n’es pas là pour te faire des trucs sains qui te donne envie de pleurer, tu te sens mal, donnes toi ce qui te fait envie. Et mange suffisamment. Oui même si c’est des pommes dauphines pour le 3e jour d’affilée, tu vas changer d’obsession pour les haricots verts, même si ça prend plus longtemps que tu voudrais. Tu le sais, c’est toujours le cas. Ça passe.

Tu sais que si tu décides de ne pas faire quelque chose, ce n’est pas la peur qui te guide, mais toi-même. Laisser tomber quelque chose parce que tu sens qu’il y a un truc qui cloche est la meilleure chose que tu puisses faire, même si tu ne sais pas quelle est cette chose, même si tu penses que tu devrais te forcer, que tu perds quelque chose. Tu sais. C’est comme ça que tu arriveras à te faire confiance à nouveau. Que tu arriveras à ce jour, peut-être, de te refuser la confiance que tu peux te faire à cause de tes erreurs passées. Tu sais.

Et quand tu ne sais pas, c’est ok de prendre le temps de regrouper les informations. C’est ok d’y aller à tâtons, quoi que tu découvres ensuite, ce sera ok d’y être allée puis de choisir la route qui te convient une fois que tu sauras. Tu peux toujours changer de direction. Tu ne peux pas revenir en arrière, mais tu peux changer de chemin. Tu crées ton chemin.

Il y a une différence entre aimer une idée et aimer la vivre et tu es en train de l’apprendre, d’apprendre ce que tu aimes vivre au-delà des idées. C’est ok de changer d’avis, de découvrir qu’une idée n’est pas bonne à vivre. Tu es guidée pour te retrouver et t’aimer.

Qui tu es, tes façons de faire qui te donne de la joie ne t’empêcheront jamais de vivre ce que tu as envie de vivre. Être toi suffit pour vivre ce qui t’appelle. Ne te compare pas. La seule chose que peuvent t’apporter les façons de faire des autres, c’est de l’inspiration, jamais de l’obligation. Ce qui a permis à d’autres d’arriver où ils en sont n’est jamais l’unique façon de procéder. Est-ce que cette façon de faire est joyeuse ? Légère ? Douce ? Si tu te fermes, si tu te sens compressée, ce n’est pas une façon de faire pour toi. Laisse tomber et reviens à ce que tu fais bien, à ta façon de faire avec joie.

Rien n’a besoin d’être parfait ou comme les autres pour avoir du sens et contribuer.

Tu as le droit de te sentir anxieuse. Tu n’es pas anxieuse parce que tu fais les choses mal, tu as raison d’être anxieuse, même si tu ne sais pas pourquoi. Si tu ressens le besoin d’être plus gentille avec les autres qu’avec toi-même, c’est ok. Tu fais ce que tu peux pour te sentir en sécurité, et c’est normal. Et je comprends tellement les questions, la colère et l’impuissance quand tout ce qui est censé t’aider à être moins anxieuse, tout ce que tu fais pour prendre soin de toi ne marche pas et ne suffis pas à te faire aller mieux. Parfois, il n’y a rien à faire, et je sais que c’est dur. Mais tout passe, et ce moment aussi.

Et surtout prend ce qui est là. Dans ces moments tu peux avoir l'impression qu'il faut tout changer, qu'il ne faut pas refaire ce que tu as déjà fait, ce qui existe déjà, peut-être parce que ça t'as amené là et que là tu n'es pas bien. Mais je t'assure qu'il y a toujours à prendre dans ce que tu fais déjà, dans ce que tu as déjà construit et commencé. Prend ce qu'il y a à prendre maintenant, le futur te donnera ce qu'il te faut plus tard mais c'est maintenant que tu es là.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout